Axe 2 – Une ville du bien vivre ensemble

Couëron a toujours accueilli une grande diversité de population, chacun doit pouvoir s’intégrer en tant que citoyen et usager.

Au vu de l’accroissement de la population de ces dernières années, les infrastructures sont largement insuffisantes.

C’est pourquoi il est nécessaire de repenser et d’adapter très rapidement le niveau des services et des équipements de la ville et de redonner une identité forte à un territoire très étendu.

6. Favoriser le bien vivre ensemble

Créer une enveloppe financière annuelle pour la réalisation de projets d’intérêt général proposés par les habitants.

Aménager un environnement urbain favorable aux déplacements de toutes et tous (éclairage public à détecteur de présence, mobilier urbain, etc.).

Assurer la protection des habitants en privilégiant la présence
humaine (police municipale, médiation, éducateurs spécialisés) et la coordination entre les acteurs institutionnels concernés.

Encourager la création d’emplois de gardiens d’immeuble et valoriser leur rôle social.

Participer activement à la mise en place de dispositifs métropolitains cohérents d’accueil et d’accompagnement des populations migrantes, prenant en compte les besoins de ces populations et les préoccupations des habitants.

Clarifier les modalités d’installation de populations en habitat spécifique ou précaire, pour une prise en compte des modes de vie de celles-ci dans le respect de la qualité de vie des habitants et des contraintes environnementales.

Sensibiliser et responsabiliser à la gestion commune du cadre de vie (déchets dans la ville, dépôts sauvages, matériaux polluants, etc.).

Créer une déchetterie à Couëron, avec un lieu de récupération (ressourcerie) et engager une réflexion sur l’achat d’un broyeur collectif et mobile pour que chaque jardinier puisse recycler ses déchets verts dans son propre jardin.

Créer un tiers lieu, en collaboration avec les centres socioculturels, pour organiser des évènements en journée et soirée (ateliers, café des familles, etc.).

Réfléchir à une nouvelle utilisation de l’ancienne bibliothèque sur les quais pour créer du lien social (café associatif, café de la réparation, lieu d’exposition, etc.).

7. Prendre en compte et valoriser la diversité des quartiers de Couëron

Travailler, avec les habitants et acteurs concernés, un projet cohérent de requalification du centre ville de Couëron (autour de la place de la mairie, allant de la place de l’église à la poste et au supermarché) pour faire face au développement de la commune et à l’asphyxie du centre à certaines heures.

Valoriser la Place des Cités comme centralité pour la Chabossière en répondant au problème de stationnement.

Faire le point sur l’avenir du quartier du supermarché de La Chabossière et développer l’information auprès des habitants et des acteurs concernés.

Faire le point avec les habitants, sur l’évolution en cours du quartier du Bossis en vue de prendre des mesures fortes pour préserver leur cadre de vie et respecter l’histoire et l’identité de la commune, son passé ouvrier ainsi que la diversité de sa population.

Accompagner l’urbanisation des nouveaux quartiers (ZAC Métairie et ZAC Ouest) en développant des services de proximité, des lieux de rencontre.

Prendre en compte les problématiques spécifiques des villages excentrés.

Assurer un réel accueil des nouveaux habitants leur permettant de mieux se connecter à la vie locale (associations, services, commerces).

8. Accompagner et soutenir les parents et les acteurs de l’éducation

Petite enfance

Augmenter les capacités des structures d’accueil de la petite enfance et réfléchir avec tous les acteurs à la possibilité d’élargissement des plages horaires d’ouverture.

Renforcer le rôle du relais assistantes maternelles (RAM) et la collaboration avec les associations d’assistantes maternelles.

Favoriser l’implantation de maisons d’assistantes maternelles (MAM).

École

Mener une réflexion avec les parents, les enseignants et les partenaires associatifs, sur les rythmes scolaires et l’ensemble de l’offre périscolaire.

Soutenir matériellement et humainement les élèves à besoins spécifiques (en situation de handicap, d’échec, de décrochage scolaire, etc.)

Créer un plan de rénovation des établissements scolaires face au vieillissement de certains locaux.

Développer l’apprentissage du breton et de la culture bretonne dans les classes de l’Éducation Nationale (classes bilingues) et soutenir la création d’une école Diwan.

Permettre aux écoles de s’approvisionner en matériel scolaire respectueux de l’environnement.

Favoriser l’accès et l’éducation au numérique, accélérer le déploiement des outils dans les écoles.

Extra-scolaire

Impulser chaque année la mise en place d’un forum sur une journée portant sur une thématique de l’actualité éducative  (harcèlement, écrans, réseaux sociaux, communication non violente) qui concernerait tous les acteurs de la maternelle au lycée en passant par les centres de loisirs, le périscolaire ainsi que les parents.

Promouvoir la création d’un atelier de bricolage intergénérationnel (exemple : réseau les « outils en main »).

Développer les capacités d’accueil en centres de loisirs, en concertation avec les amicales laïques, les centres socio-culturels conventionnés et les familles.

Favoriser l’inscription aux séjours estivaux organisés par l’Amicale Laïque du centre et les centres socio-culturels pour les enfants et jeunes n’ayant pas la chance de partir en vacances.

9. Développer l’autonomie des jeunes et l’apprentissage de l’engagement citoyen

Aller vers les jeunes qui ne fréquentent pas les centres socioculturels et/ou les associations culturelles et d’éducation populaire.

Créer à Couëron centre et à la Chabossière, des lieux d’expression pour les jeunes et les accompagner dans leurs projets pour aller vers une auto-gestion dans les limites de la réglementation.

Mettre à disposition un animateur pour sensibiliser les jeunes à la prévention des conduites à risques, les conseiller concernant les aides financières possibles pour les formations (le BAFA par exemple).

Imaginer avec eux une instance de représentation des jeunes dans la vie municipale.

Créer un espace pour l’expression des jeunes et l’actualité qui les concerne dans « Couëron magazine ». Développer parallèlement un espace numérique (réseau social, site internet) sur lequel ils puissent se tenir facilement informés des actualités susceptibles de les intéresser (actions sur la commune, culture, etc.).

Étudier la création d’un foyer de jeunes travailleurs.

10. Développer une action sociale forte et volontariste pour que personne ne reste sur le bord du chemin

Renforcer le rôle du centre communal d’action sociale (CCAS) dans ses missions d’accueil, d’information, de conseil, d’orientation et d’accompagnement des personnes les plus fragiles. Le conforter dans sa mission de coordination de la politique sociale locale.

Réunir rapidement une conférence des acteurs sociaux locaux pour :

  • réaliser une analyse partagée de la situation socio-économique de la commune,
  • faire un bilan des actions et projets en cours,
  • envisager ensemble les évolutions dans les actions et dispositifs en place,
  • améliorer la coordination et la complémentarité des actions dans le respect de l’autonomie de chaque acteur.

Prendre en compte, dans chaque politique, les besoins spécifiques liés à l’âge et au handicap (mobilité, accessibilité, habitat, services, etc.).

Renforcer la collaboration avec les deux centres socioculturels et les soutenir dans le développement de leurs actions en direction des jeunes, des familles et des personnes isolées.

Être force de proposition au sein de la métropole pour une meilleure coordination des politiques d’action sociale en partenariat avec les institutions concernées (CAF, CPAM, etc.).

Mener, avec tous les acteurs concernés, une réflexion visant à créer un espace solidaire de premier accueil à destination des femmes en détresse, SDF, personnes migrantes…

Renforcer le soutien aux aidants (des malades atteints d’Alzheimer notamment) et les associer à la réflexion concernant la prise en charge des personnes confrontées à des maladies dégénératives.

Créer des conditions favorables au maintien des services de santé locaux (professions médicales et paramédicales).

Peser auprès des services et institutions compétents pour maintenir une qualité d’intervention soirs et week-end (SOS médecins) et de prise en charge des transports sanitaires (ambulances, VSL, etc.).


Sommaire du projet