Axe 4 – Une ville active, ouverte et fière de son passé

Couëron a des atouts incontestables mais insuffisamment valorisés :
– une vie associative particulièrement dynamique notamment dans le secteur sportif
– une situation géographique privilégiée alliant la proximité de la ville et un environnement naturel précieux
– une histoire ouvrière et rurale riche et un patrimoine à mettre en valeur
– Couëron est par ailleurs la première commune Bio de l’agglomération avec 11 fermes sur 23 pratiquant l’agriculture biologique générant plus de 50% des emplois agricoles.

15. Valoriser et développer l’économie locale

Soutenir et développer les services, les commerces et les activités de proximité

Favoriser sur la commune le développement des commerces, services et activités limitant le besoin de déplacement.

Maintenir l’organisation commerciale de Couëron en se limitant à deux moyennes surfaces en cohérence avec le Schéma d’Urbanisme Commercial de Nantes Métropole.

Favoriser l’implantation d’entreprises de l’économie sociale et solidaire comme les entreprises d’insertion ou les sociétés coopératives de production (SCOP).

Développer les commerces et services de réparation d’objets ou de location d’objets.

Étudier la possibilité de réserver l’ouverture le dimanche aux petits commerces.

Réfléchir à redynamiser les marchés couëronnais, tout particulièrement avec des produits bio et locaux.

Soutenir les installations d’activités artisanales.

Valoriser les circuits courts : association pour le maintien de
l’agriculture paysanne (AMAP), marchés de producteurs, etc.

Valoriser les entreprises qui s’engagent pour l’écologie et la justice sociale

Recenser les entreprises de Couëron qui agissent sur le levier écologique (tri des déchets, compostage, mobilité, etc.).

Valoriser les entreprises qui embauchent et adaptent les postes de travail pour les personnes handicapées.

Soutenir le développement de crèches d’entreprises et le télétravail.

Encourager les entreprises à ouvrir leurs locaux à des micro-espaces de « coworking ».

Réserver un espace dans le « Couëron Magazine » pour valoriser et encourager ces actions vertueuses.

Promouvoir un forum d’échanges entre les petites, moyennes et grandes entreprises de Couëron, les établissements scolaires et les habitants à la recherche d’emploi, de stage, d’expérience.

16. Favoriser l’installation de paysans en bio et les accompagner

Favoriser l’installation de paysans et conforter les exploitations existantes en incitant au respect de l’environnement

Couëron est déjà la première commune bio de l’agglomération avec 11 fermes sur 23 pratiquant l’agriculture biologique, créant plus de 50% des emplois agricoles. Conforter cette activité est essentielle pour reconquérir la qualité de l’eau et préserver la biodiversité et les paysages

Augmenter la mise en réserve de terres pour constituer des unités viables pour l’installation des paysans.

Signer des baux ruraux effectifs des parcelles agricoles dont la mairie est propriétaire avec bail environnemental.

Dynamiser la remise en culture des friches agricoles en privilégiant les installations de paysans et en sensibilisant les propriétaires (activation du groupe « friche local »).

Favoriser l’accueil et l’installation des paysans en bio par des aides municipales complémentaires aux aides financières métropolitaines.

Exonérer de « taxe foncière sur la propriété non bâtie » les nouvelles installations paysannes à Couëron pendant les cinq premières années suivant l’installation (8 ans pour les installations en bio).

Soutenir les agriculteurs bio via la politique d’achats publics (fourniture de la restauration collective).

17. Promouvoir une politique sportive ambitieuse

L’offre d’activités physiques et sportives en autonomie dans notre ville devra évoluer rapidement pour permettre des lieux de pratique et de rencontres intergénérationnelles sur l’espace public.

Créer de nouveaux équipements sportifs extérieurs pour s’adonner librement aux activités physiques

Ouvrir à un plus large public, en dehors des créneaux associatifs, les terrains synthétiques de football et la piste d’athlétisme du complexe sportif Paul Langevin. Un travail de médiation sera mené pour prévenir d’éventuelles incivilités.

Aménager des installations sportives de proximité dans les quartiers.

Baliser des circuits de multi-randonnées (à pied, à vélo, à cheval, etc.) pour faire découvrir la richesse du patrimoine naturel, en veillant à la protection de la faune et la flore.

Rénover les agrès et le mobilier sportif installé autour du lac de Beaulieu.

Remettre à l’étude le projet d’un site naturel d’escalade au niveau de la falaise proche de la Tour à Plomb.

Mener une étude en vue de l’extension du skate-parc actuel en veillant à associer les collectifs de pratiquants.

Améliorer les conditions de pratique en réhabilitant et en modernisant le parc d’installations sportives

Accompagner le projet de réhabilitation du complexe tennis et padel au sein du complexe René Gaudin livré en septembre 2021.

Mener une étude quant à la démolition / reconstruction du gymnase Pierre Moisan.

Réaliser un audit de l’état des bâtiments sportifs, des terrains et des vestiaires dès le début du mandat.

Réfléchir aux conditions d’accès à la Loire (clubs d’aviron, kayak).

Promouvoir le sport, maillon essentiel de la cohésion sociale

Permettre à tous, enfants, adolescents, adultes, d’apprendre à nager.

Élargir le dispositif d’aide à la prise en charge de la licence sportive pour les familles à faible revenu.

Soutenir techniquement et financièrement l’ensemble des actions et initiatives locales en faveur du sport pour les personnes porteuses de handicap et les séniors.

Organiser des événements de loisirs sportifs accessibles à tous (en été ou en fin d’année) pour développer l’animation de la ville et proposer une offre d’activités attractives à celles et ceux qui n’ont pas les moyens de pouvoir partir en vacances.

Organiser, en lien avec des opérateurs sportifs locaux, des séances sportives en direction des familles (enfants et parents) le dimanche matin.

18. Développer une action culturelle pour tous

Accompagner et soutenir l’ensemble des associations culturelles dans leur rôle d’animation de la vie locale ainsi que les initiatives culturelles et festives.

Valoriser les activités de la médiathèque, acteur culturel et éducatif de premier plan.

Rendre la culture accessible : mutualiser un ou plusieurs spectacles entre communes et organiser le déplacement collectif.

Optimiser l’utilisation du théâtre Boris Vian vers un public plus diversifié.

Offrir à chaque famille couëronnaise, sous conditions de ressources, un spectacle par an au théâtre Boris Vian.

Sortir la culture des lieux dédiés en allant à la rencontre des habitants.

Soutenir l’école de musique en recherchant avec elle les meilleures modalités de gestion et de développement de son activité.

19. Valoriser les atouts touristiques de la ville

Étudier la possibilité de développer l’attractivité de la ville à travers l’image de Jean-Jacques Audubon et la très grande renommée qu’il possède dans le monde anglo-saxon.

Créer à la Gerbetière une Maison du bocage et des marais (ou Maison de la nature) avec expositions et animations régulières.

Source : Wikipedia — Par A21FRM — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Créer un parcours historique à l’image du parcours naturaliste (plaques, bornes) indiquant des faits historiques, comme par exemple la mort de François II, la résistance et la déportation de la famille Lemarié, le mouvement ouvrier, etc.

Valoriser Couëron comme halte pour le tourisme à vélo (« Loire à vélo », Vélodyssée) et améliorer la liaison Port Launay – bourg pour les piétons et les cyclistes.

Étudier la possibilité de créer une auberge de jeunesse.

20. Réveiller l’Histoire de Couëron

Créer les conditions financières de la rénovation de la Tour à plomb afin de sauver cet emblème de notre histoire ouvrière, en faisant appel aux aides européennes, nationales, régionales ou départementales.

Créer une Maison Bessoneau, maison ouvrière des cultures et langues minoritaires de Couëron suivant la Charte européenne (breton, polonais, espagnol, arabe, berbère, etc.) : lieu d’échange de savoirs, d’apprentissage de ces langues, découverte de l’histoire des migrations d’hier.

Mener une réflexion concernant la salle de la Boule d’Or et les immeubles environnants.

Faire de l’Erdurière un domaine naturel réellement investi par les citoyens dans le respect de la faune sauvage.

Valoriser la présence de l’eau sur la commune et les traditions qui en découlent : pêche sur la Loire et pâturages dans les marais.

21. Élargir l’horizon couëronnais sur le monde

Poursuivre le travail d’ouverture de la commune vers les pays européens (Belgique, Irlande et Espagne) via les relations d’échanges amorcées par les associations locales.

Soutenir les associations investies dans le champ de la solidarité internationale pour augmenter l’efficacité de leurs actions. Interroger la pratique de coopération décentralisée.

Accompagner la jeunesse dans son ouverture à l’international par des appels à projets privilégiant l’investissement citoyen et l’échange interculturel.


Sommaire du projet